Filière de l’ananas

La chaîne de valeur de l’ananas offre des perspectives intéressantes pour l’économie agricole du Togo. Principalement cultivé dans la région Maritime et la région des Plateaux, la production de l’ananas connaît des résultats encourageants puisqu’elle est passée de 27 000 tonnes en 2017 à plus de 30 000 tonnes en 2019. Et les chiffres des dix dernières années illustrent les évolutions positives.

Selon un rapport établi par l’Union Européenne sur la filière en juin 2019, il est notoire que l’ananas togolais est préféré à celui des pays concurrents voisins comme le Bénin et le Ghana, non seulement pour son arôme mais également pour son goût.

Si le pays dispose d’une capacité d’extension de la culture d’ananas et d’un créneau sur le marché des produits biologiques en forte demande, il est cependant remarqué que cette filière fait face à plusieurs contraintes.  Contraintes qui sont notamment l’accès à la terre et aux crédits, un faible niveau d’encadrement et de formation des producteurs, une insuffisance des infrastructures d’approvisionnement et l’analphabétisme. Le manque d’accompagnement, tant financier que technique, entraîne des répercussions négatives dans la production et la conservation des récoltes.

L’absence de statistiques fiables, l’insuffisance de logistique appropriée pour le transport et la conservation des fruits, la qualité sanitaire et hygiénique des fruits à commercialiser sur le plan international, la disponibilité du marché à l’extérieur pour les producteurs d’ananas biologiques sont les défis majeurs à relever.

60% de l’ananas produit sur le territoire est exporté tout frais ou sous forme de produits transformés pour les produits biologiques vers l’Europe ou sur le marché régional. Cependant, à cause de la situation sanitaire engendrée par la pandémie de la COVID 19, les mesures prises par le Gouvernement, notamment les fermetures des frontières terrestres et aériennes ont eu de fâcheuses conséquences sur les exportations vers l’étranger.

Face à cette situation, une étude préliminaire conduite par quelques acteurs de la filière ananas a abouti à la validation d’un document fin janvier. A l’issue de deux jours de discussions, entre les différents acteurs du secteur et les partenaires, un nouveau plan stratégique a été élaboré pour les cinq prochaines années. Ce plan a pour ambition de relever les défis en ce qui concerne l’accès du marché international, la promotion de la consommation locale, et à l’anticipation dans la gestion des stocks non-écoulés.

Il faut néanmoins relever que la production de l’ananas connaît de nos jours, un grand essor au Togo et que, selon toujours les données de l’UE, plus de 3 200 personnes sont employées avec un revenu de plus de 6 milliards FCFA par an. Compte tenu du dynamisme et de l’évolution de cette filière, le nombre des entreprises dans la transformation et l’exportation a connu une hausse de plus de 60%, en passant de 30 à une cinquantaine.

 L’ananas est transformé à bon escient par des unités semi-industrielles implantées dans la zone sud du territoire national. On retrouve notamment des sociétés comme PRONATURA, Tropic bio, JUNABIO, AGRO-FOOD, JULADO Rehoboth, RIMOUSKI, ALL BIO Togo, Firsty Jus, Jus Délice. Par ailleurs, les producteurs d’ananas sont organisés en faitière nationale dénommée Fédération Nationale des Coopératives Productrices d’Ananas du Togo (FENACOPAT) ; les transformateurs en Association des Transformateurs d’Ananas du Togo (ATAT) et les exportateurs en Association des Exportateurs d’Ananas du Togo (AEAT). Pour une meilleure synergie d’action autour de la filière, un Conseil Interprofessionnel de la Filière Ananas au Togo (CIFAN-Togo) a été mis en place en novembre 2019.

                                           Birénam KODO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

× Avez vous des questions?