Cameroun: La culture de la fraise est devenue une réalité

/
Source:foodlavie.com

La culture de la fraise était il y a encore quelques années au Cameroun quelque chose de rare. Personne n’osait même l’imaginer. La perception qu’on avait de ce fruit dit des « blancs », faisait en sorte qu’on était loin d’entrevoir une possibilité de le cultiver dans un autre lieu. Nombreux se montraient sceptiques en parlant des conditions climatiques ou encore la qualité du sol camerounais.
Avec le temps, les fraises ont fini par être adoptées dans les habitudes de consommation des camerounais. On les utilise dans la fabrication des produits laitiers, la pâtisserie et bien d’autres domaines. Le boom de la demande du marché camerounais en matière de fraises, a poussé de nombreux entrepreneurs camerounais comme Emmanuel et Jeanny Fongang à tenter l’aventure dans la culture de la fraise au Cameroun, et pour le coup, ils ne peuvent que se réjouir de leur prise de risque.
Emmanuel Fongang est jeune camerounais, qui prépare une thèse en marketing. L’idée de se lancer dans la culture de la fraise, lui est venue après avoir fait le constat selon lequel, les supermarchés étaient incapables de satisfaire la demande des consommateurs. Quand bien même le produit était disponible, il n’était pas à la portée de toutes les bourses, surtout qu’il était importé. Pour Emmanuel la solution était vite trouvée, il fallait produire localement. Mais où? Et comment? C’est là que se trouvait le plus gros challenge.

Du rêve à la réalité
Originaires de la région de l’ouest Cameroun, et connaissant un peu la similarité du climat de cette partie du pays avec celui de l’occident, Emmanuel et Jeanny Fongang se lancent tout de même dans une étude de terrain afin de déterminer les chances qu’ils peuvent avoir en cultivant la fraise. Après leurs études, ils se rendent compte que, le sol et le climat de Bamendjou répondent à leurs attentes. Ainsi, ils lancent leur projet à Nso Ndang, une localité qu’ils connaissent bien et qui se trouve dans le village de Bamendjou dans les hauts plateaux de l’Ouest. C’est ainsi que les fraises labélisées du nom de « fraise de Nso Ndang » commencent à faire leur entrée dans la marché camerounais.
La culture et la consommation de la fraise demandent un minimum de précautions à prendre. Pour cela, Emmanuel Fongang prend des dispositions en laissant le côté technique à l’un de ses frères qui doit s’occuper de la production. Dans sa posture de marketiste et surtout de bon commercial, avec sa sœur, ils vont mettre tous les moyens en place pour le positionnement de leur produit sur le marché camerounais. Après une année dans la filière, les fraises d’Emmanuel et Jeanny Fongang commencent à se discuter auprès des pâtissiers et des particuliers qui ne peuvent plus s’en passer.
Pour l’acheminement de ses produits vers les clients, Emmanuel et sa sœur font recours à une agence de transport qui est dotée d’un véhicule frigorifique. Les fraises sont contenues dans les barquettes d’une contenance de 250 g. Après la récolte, les fraises sont transportées dans la ville de Bafoussam avant d’arriver dans la capitale économique Douala, où Emmanuel et Jeanny Fongang possèdent un carnet d’adresses importantes de clients qui consomment les fraises de Nso Ndang. Comme tout entrepreneur, ils rencontrent des difficultés liées au développement de leurs infrastructures, mais cela ne freinent pour autant pas leur détermination qui est celle de passer dans les prochaines années à la phase de la transformation.
Eh bien oui l’Afrique à un incroyable talent et nous ses enfants nous devront mettre à profit ce talent afin de ne plus dépendre des pays européens.

Par
Aïchatou TCHAMOUZA, Agronome

10 commentaires sur l'article “Cameroun: La culture de la fraise est devenue une réalité

  1. Hi there, I discovered your blog by way of Google while
    looking for a comparable topic, your website came up, it seems
    great. I’ve bookmarked it in my google bookmarks.
    Hi there, simply become alert to your weblog thru Google, and located that it is truly informative.
    I’m going to be careful for brussels. I will appreciate if
    you continue this in future. Lots of other folks will probably be
    benefited from your writing. Cheers!

  2. By Dora Leong Gallo, CEO Earlier this yr, both town and County of Los Angeles adopted plans
    to end homelessness of their respective jurisdictions.
    Los Angeles has a joint county-city company to oversee the battle to finish homelessness: the Los Angeles Homeless Services Authority (LAHSA).
    Prop HHH is barely part of a comprehensive plan to end chronic homelessness.
    He helped lead the town in assembling its complete Homelessness Strategy Report.
    In keeping with Wade Trimmer, director of San Fernando Rescue Mission, a
    program designed to provide homeless families alternatives to obtain meals,
    shelter, and fundamental life necessities;
    homelessness has increased approximately 22 % throughout the final 12 months in the
    valley. But that is what occurs with Survivor Series yearly anyway.
    Both the city and county late last 12 months developed detailed plans for
    combatting homelessness. The county shoulders the remainder.
    The county can be closely represented, with reps from the departments of
    Mental Health, Health Services, and Public Health,
    Children and Family Services, Public Social Services,
    as properly because the Probation and Sheriff’s departments.
    A few of it is really good social & strategic gameplay. https://yesonhhh.com/

Comments are closed.

× Avez vous des questions?