Togo: Artisan à la fois soudeur et forgeron

/

A 34 ans, Kanfitinkoa Bondjaré est le patron d’un atelier mixte de soudure et forge situé à Nano (préfecture de Tandjoaré). En effet, il s’est installé à son propre compte une année après avoir terminé son apprentissage d’une durée de 4 ans, dans un atelier similaire.

Hormis les travaux de soudure ordinaires (fabrication de portes, fenêtres, …), il fabrique des machines agricoles telles que des égreneuses de maïs, des décortiqueuses d’arachide, des batteuses de riz, de soja et de sorgho, des moulins et des charrues. Cette décision a été prise après avoir remarqué que les agriculteurs dépensaient beaucoup d’argent lors des travaux post récoltes et il a voulu leur venir en aide. De plus, il s’est rendu compte que cette activité lui rapporte plus d’argent.

Il possède également à son actif un motoculteur qu’il a seulement regardé et reproduit, contrairement aux autres machines, il n’a pas appris à le fabriquer chez son patron. Il faut noter que la batteuse de sorgho constitue son invention, il s’est inspiré de l’égreneuse de maïs pour la fabriquer.

On distingue également des kits d’étuvage de riz, fonctionnant au bois et souvent livrés à l’ONG RAFIA dans le cadre d’un partenariat. En effet, RAFIA l’accompagne non seulement dans la gestion de son activité mais elle lui commande aussi des machines dans le cadre de projets. Pour confectionner ses machines, il achète les fers et les moteurs à Dapaong ; mais lors du montage, il a souvent recours à la forge pour chauffer certains fers afin de pouvoir les courber.

Il faut noter que l’égreneuse de maïs (trois types : grande, moyenne et petite ; à choisir en fonction de l’état de l’épi) peut travailler deux tonnes de maïs par heure avec trois litres d’essence. La décortiqueuse d’arachide décortique une demie tonne d’arachide par heure avec un litre d’essence ; l’opération est lente car elle doit être délicate pour ne pas casser les graines. Avec un litre d’essence, la batteuse de sorgho peut travailler une tonne de sorgho par heure. Les batteuses de riz et de soja peuvent battre une demie tonne de récolte par heure avec deux litres d’essence, l’opération est également lente.

Les charrues constituent le principal produit de sa forge ; en effet il chauffe d’abord les fers pour ensuite fabriquer chaque pièce et enfin les monter. Ce matériel agricole généralement tiré par une paire de bœufs, sert à labourer la terre ; la petite charrue ne laboure que les terrains plats tandis que la grande peut être utilisée même sur des terrains comportant des obstacles. Il faut rappeler que les prix de ses machines dépendent de ceux des fers et des moteurs utilisés.

L’artisan dispose des modèles qu’il expose devant son atelier, en début de la campagne agricole pour les charrues ; à l’approche des récoltes surtout pour les machines et il les fabrique à la commande. Outre la confection des machines, il répare celles qui sont en panne, il faut noter que ce service est payant. Cependant, il n’arrive pas à satisfaire tous ses clients et envisage agrandir son atelier pour embaucher des anciens apprentis pour l’aider et acheter plus de matériaux mais il se heurte au manque de moyens financiers.

Adillah A.

2 commentaires sur l'article “Togo: Artisan à la fois soudeur et forgeron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

× Avez vous des questions?