Togo: Une solution ancestrale pour limiter les dégâts dus à l’élevage

/

Information Nzara : TranshumantLa transhumance est le déplacement saisonnier d’un troupeau en vue de rejoindre une zone où il pourra se nourrir. C’est un moyen ancestral utilisé afin d’éviter l’épuisement de la végétation.


Ainsi, plusieurs facteurs sont à l’origine de la transhumance. Il s’agit de l’accessibilité au fourrage en quantité (notamment après une saison de pluies déficitaires), l’insuffisance de l’eau d’abreuvement pour le cheptel en saison sèche, le souci d’éviter les dégâts champêtres en saison pluvieuse, l’abandon des zones affectées par les maladies animales, le souci de réduire les risques de perte de bétail par vol, le souci d’éviter les conflits inter ethniques, etc…


La transhumance répond donc avant tout à des contraintes écologiques mais elle peut résulter aussi des facteurs agricoles, sanitaires, économiques et socioculturels. Sur cette base, on distingue deux (2) types de transhumances à savoir la petite transhumance et la grande transhumance.

La petite transhumance est très répandue et a pour but de valoriser les résidus des récoltes ou d’accéder aux meilleurs pâturages. Les déplacements se font très souvent au niveau national mais ils peuvent être transfrontaliers notamment pour les pasteurs installés non loin des frontières.

La grande transhumance quant à elle, correspond aux mouvements de grandes amplitudes de bétails. Les distances parcourues sont de plusieurs centaines de kilomètres et dépassent fréquemment les frontières du pays d’origine. Elle concerne, avant tout, les bovins qui ont une demande en quantité et en qualité de fourrages plus importante que les caprins et les ovins.

Au Togo, la transhumance est bien gérée pour éviter les conflits entre les autochtones et les éleveurs peulhs. C’est dans ce cadre qu’un plan de gestion est mis en œuvre. Il s’agit des couloirs de circulation, des zones où le bétail peut rester, des sites d’accueil pour les paysans et l’installation de points d’eau pour le bétail.

Le Ministre de la sécurité, Damehane Yark, rappelle aux transhumants le strict respect des règles, notamment celle concernant la période autorisée et l’utilisation des couloirs de passage. Ainsi, la campagne de transhumance se déroule chaque année du 31 Janvier au 31 Mai.

Evelyne A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

× Avez vous des questions?