Produits frais

Catégories

Togo : Interview du Directeur Général de l’ANASAP

            Auparavant visibles dans tous les coins de rue de la capitale et ses environs, les agents de l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP), collaborent désormais avec les agents des collectivités locales. Le Gal BERENA Gnakoudè, Directeur Général de l’ANASAP nous explique, à travers cette interview, les termes de cette collaboration.

Pouvez-vous nous présenter brièvement l’ANASAP ?

L’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP) est créée par décret N°2013-082/PR du 12 Décembre 2013. C’est un établissement public doté de personnalité morale et d’autonomie financière, placé sous la tutelle technique du Ministère de la ville, de l’urbanisme, de l’habitat et de la réforme foncière et sous la tutelle financière du ministère de l’économie et des finances. Opérationnelle depuis 2015, l’ANASAP vise l’instauration et le maintien d’un cadre de vie de meilleure qualité favorable au bien-être et à l’épanouissement de la population sur toute l’étendue du territoire national togolais. Grace à nos activités, nous arrivons à maintenir la propreté dans le grand Lomé et à verdir la capitale.

Après les élections communales, comment répartissez-vous les agents sur le terrain puisqu’on ne les voit plus comme auparavant ?

Avant d’en arriver à votre inquiétude, puisque vous avez parlé des élections locales qui ont rendu effective la décentralisation dans notre pays, je vous informe que la loi cadre sur la décentralisation, en ses articles 82 et 83, fait obligation à l’ANASAP et aux communes de travailler ensemble. A cet effet, des échanges ont eu lieu entre l’ANASAP et les collectivités afin de mutualiser les efforts. Sur cette base, vous conviendrez avec nous que l’ANASAP doit déployer plus d’efforts pour pouvoir appuyer non seulement les 13 communes du grand Lomé, mais également les 104 autres.

Rappelons qu’avant la décentralisation, l’Agence menait certaines activités qui sont maintenues au profit des communes actuelles. Je citerais : l’entretien du système lagunaire, l’entretien des bassins, le désherbage des espaces publics, la création des espaces verts, l’entretien et l’arrosage des espaces verts, le désencombrement, la gestion des plaintes liées aux nuisances hygiéniques, les campagnes de sensibilisation sur les actes inciviques, la lutte contre les branchements illicites des tuyaux d’évacuation des eaux usées dans les caniveaux, l’entretien et le nettoyage de la plage, le traitement des eaux usées et l’élagage des arbres sur la voie publique.

Ceci dit, soyez rassurés que les équipes de l’ANASAP sont toujours actives sur le terrain. A preuve, notre personnel de terrain est également déployé dans la préfecture d’Agoè afin de pouvoir couvrir la zone du grand Lomé.

Lors de vos échanges avec les communes du grand Lomé, vous avez déclaré « la loi sur la décentralisation vous a donné du travail ainsi qu’aux collectivités. » Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Nous avons effleuré cette question un peu plus haut en évoquant les articles 82 et 83 de la loi sur la décentralisation. A cet effet, l’ANASAP a entamé une démarche visant à aboutir sur un projet de partage de responsabilités entre les différents acteurs. Le processus est actuellement en cours. Cependant, l’ANASAP continue de mener les actions qu’elle assumait avant la décentralisation et travaillera sous forme de convention de partenariat sur les autres activités qui relèvent de la compétence exclusive des communes. En plus, la lutte contre l’insalubrité ne peut être gagnée sans un réel changement de comportements de nos concitoyens. A cet titre, nous travaillons avec les communes pour faire des sensibilisations de proximité dans des quartiers sans oublier les émissions sur les médias.

Quelle forme de partenariat entretenez-vous avec le centre d’enfouissement technique d’Aképé.

Le projet de construction du Centre d’Enfouissement Technique (CET) d’Aképé a été élaboré par l’ancienne Commune de Lomé et réalisé grâce au soutien financier de l’Union Européenne. L’Agence n’était donc pas impliquée dans le processus. Mais aujourd’hui, c’est une fierté pour notre pays de disposer d’une telle infrastructure moderne, répondant aux normes environnementales qui révolutionne déjà la gestion des déchets au Togo. Le CET est actuellement géré par le District Autonome de Lomé avec qui l’ANASAP est appelé à travailler conformément à la loi sur la décentralisation en son article 4 qui stipule : « Dans le respect de l’intégrité territoriale et en harmonie avec les orientations nationales, le District Autonome du Grand Lomé a pour compétences : l’assainissement de la capitale et de l’ensemble du Grand Lomé en rapport avec l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique ».

Quels sont les défis que l’ANASAP tient à relever pendant les prochaines années ?

Si des succès sont engrangés, les défis en matière d’assainissement et de salubrité publique sont encore énormes. On peut citer entre autres : l’amélioration du système de collecte et de gestion des déchets, le développement des infrastructures et équipements d’assainissement et de salubrité, la réalisation et l’amélioration de la gestion des monuments, des plages, des espaces verts, des zoos et des bois urbains.

Face à la sollicitation sans cesse croissante de l’ANASAP par les communes surtout celles de l’intérieur, l’Agence envisage un renforcement de ses capacités financières, logistiques et humaines et ensuite l’ouverture d’antennes à l’intérieur du pays.

Lomé fait face au manque d’un centre de traitement des boues de vidanges et d’une station d’épuration des eaux usées à la plage.

L’ANASAP fait donc des plaidoyers, à cet effet, pour doter Lomé d’une station d’épuration des eaux usées à la plage avant leur rejet à la mer et la construction d’une station de traitement des boues de vidanges afin de rompre avec les pratiques actuelles qui ne sont pas respectueuses de l’environnement.

Auriez-vous un mot de fin à l’endroit des citoyens

Pour finir, nous tenons à vous dire sincèrement merci pour l’intérêt que vous portez à notre agence et espérons que ce partenariat va continuer et va nous permettre de porter plus loin les messages de sensibilisation pour un changement de comportements de nos populations.

Dans le contexte actuel marqué par la pandémie de COVID 19, nous ne saurions clore nos propos sans inviter nos concitoyens au respect des mesures barrières mais aussi, nous attirons l’attention des uns et des autres sur la gestion des masques et gants utilisés qui deviennent aujourd’hui une nouvelle de source de contamination et d’insalubrité dans notre pays.

Propos recueillis par la Rédaction

Togo : Mieux gérer
Concours en entrepre

cnbcdytriutodsgxvcx

gkhfgfduryfjhcvvcjhuyiurtzscxvbcnv,

gkhfgfduryfjhcvvcgkhfgfduryfjhcvvcgkhf

fr_FRFrench