Produits frais

Catégories

Valoriser la terre nourricière

A l’occasion de la journée internationale de la terre nourricière célébrée chaque 22 avril, le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, a adressé un message aux uns et aux autres pour interpeler sur la nécessité de mener des actions fortes afin de restaurer les écosystèmes.  Il a dressé un tableau sombre qui illustre les effets négatifs de l’activité humaine sur la planète tout en rappelant que seule l’adoption d’une économie plus durable, qui bénéficie à la fois à l’humanité et à la planète, est la clé qui peut freiner et inverser la dégradation des écosystèmes sur tous les continents et dans tous les océans.

« Les changements climatiques et les autres perturbations environnementales provoquées par les activités humaines, notamment celles qui touchent à la biodiversité comme la déforestation, le changement d’affectation des terres, l’agriculture et l’élevage intensifs, ou encore le commerce illégal des espèces sauvages, sont autant de facteurs qui contribuent au risque de transmission de maladies infectieuses zoonotiques (c’est-à-dire transmissibles entre animaux et êtres humains) comme la COVID-19. » a-t-il martelé.

Il est annoncé, à cet effet, le lancement de la « Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes » pendant la journée mondiale de l’environnement le 5 juin 2021. Cette initiative vise à favoriser la régénération des écosystèmes qui ont été dégradés ou détruits, ainsi que la conservation des écosystèmes encore intacts. Elle ambitionne, d’ici à 2030, la restauration de 350 millions d’hectares d’écosystèmes terrestres et aquatiques dégradés.

La Rédaction

Togo : La viande loc
Le plus vieux animal

cnbcdytriutodsgxvcx

gkhfgfduryfjhcvvcjhuyiurtzscxvbcnv,

gkhfgfduryfjhcvvcgkhfgfduryfjhcvvcgkhf

fr_FRFrench